Billet d'Humeur

La revanche d'une brune

Cela aurait pu être le plus merveilleux des week-ends. Celui d'une revanche inoubliable. Mais voilà, le destin en a voulu autrement. Je viens de quitter la cellule sombre, poussiéreuse et à l'odeur de pisse du commissariat du coin. J'ai pu revenir dans une belle voiture de police banalisée aux côtés d'un super gentil policier heureux de remplir sa mission; j'ai réussi à ne payer aucune caution moyennant des renseignements complets sur la jolie créature mais néanmoins pimbêche qui me sert de voisine. Oui, parlons-en de celle-là !!! C'est bien à cause d'elle que tout ceci est arrivé et j'en viens à me demander si j'arriverai jamais à lui pardonner un jour. J'opterais plutôt pour lui servir ma vengeance sur un plat quotidien ultra-glacé.

 

Cette créature blonde à la cervelle aussi grosse qu'une puce me fait vivre un enfer depuis qu'elle est arrivée dans le quartier et qu'elle a jeté son dévolu sur la maisonnette mitoyenne à la mienne. Au départ, je désirais vraiment apprendre à la connaître. Je lui apportais des gâteaux, les revues que je n'avais pas le temps de lire, je lui ai même offert une séance de manucure pour son anniversaire. Et pour me remercier... je l'ai retrouvée un soir dans mon lit... non pas qu'elle se soit trompée de maison après une soirée bien arrosée. Non non, mademoiselle faisait des acrobaties à vous donner le torticolis avec mon nain de mari !!!! Je peux vous assurer que depuis ce jour, ma haine n'est que grandissante.

 

Cette amourette n'a évidemment pas duré et je la soupçonne même d'avoir dégoûté mon ex-mari à vie des femmes... puisqu'il s'est maintenant mis en ménage avec le prof de natation de notre fils. Mais ce n'était pas une victoire suffisante à mes yeux. Non, il me fallait établir un plan machiavélique afin d'éradiquer cette brindille de la planète et ne jamais permettre qu'elle puisse se reproduire et donner naissance à d'autres brindilles du même accabit.

 

J'ai passé beaucoup de nuits blanches à réfléchir au meilleur plan de vengeance qui soit... et une idée à germé dans mon esprit. J'ai commencé à l'écrire sur mon portable pour ne perdre aucun fil de ce plan macabre. Au bout d'une semaine, j'étais fin prête à remplir ma mission. J'ai pris mon téléphone afin d'appeler... la police... tiens c'est bizarre, je n'ai pas encore formé le numéro qu'ils sont déjà là. Waouw, ils deviennent vraiment pro !!!  Ils viennent sonner à ma porte, sans doute ont-ils besoin de renseignements. Je vais donc leur ouvrir avec mon plus beau sourire. Le flic moustachu qui se trouve en face de moi n'a à l'évidence rien de sympathique et ne me rend pas visite pour se voir offrir une tasse de café. Non, sans ménagement, il me plaque contre le mur et me maintient les bras dans le dos. Tout en me menottant, son co-équipier fait balancer un petit sachet de poudre blanche sous mon nez. Je nie évidemment en bloc être propriétaire de ce sachet de farine.

 

C'est alors que je LA vois, cette bombe sur pattes lisses, un rictus de victoire sur le coin des lèvres, la tête haute et victorieuse. Car il s'agit bien de cela, elle a gagné la bataille. Elle s'approche de moi et me susurre à l'oreille: "Tu devrais protéger ton accès réseau car ton dernier roman en date m'a donné quelques sources d'inspiration. Et aujourd'hui, la victime... c'est toi! J'espère que ton plan se déroule comme tu le souhaitais". Et elle partit d'une démarche féline jusqu'à la porte de sa maison.

 

J'étais prise à mon propre piège, l'actrice principale d'un scénario qui ne m'était pas destiné. Je savais dorénavant que cette voisine abominable allait me faire vivre l'enfer sur terre tant que je n'aurais pas trouvé l'arme idéale pour mettre fin à son petit manège.

 

Foi de brune, la vengeance sera rude...

 



23/01/2011
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres